L'alternative des écovillages / Organisation du projet en centre Bretagne
L'alternative des écovillages Organisation du projet en centre Bretagne

Financements et propriété
 
 DSCF1048.jpg

Nous avions envisagé, à la place ou en complément des banques, de recourir à des prêts éco-citoyens, avec des taux d'intérêt nul ou bas, et bloqués sur trois années npour laisser le temps au projet de mettre en place ...

Nous ne souhaitions pas créer un lieu composé de multiples petites propriétés privées juxtaposées et aller au delà de la propriété, individuelle ou collective. Comme alternative à la Société Civile Immobilière choisie généralement pour ce type d'acquisition à plusieurs, nous nous sommes inspiré-e-s du gros travail statutaire réalisé par Le hameau des Buis (07) et repris à l'Oasis de Lentiourel (12). Il s' agit d'un statut de Société Civile d'Associations, dont les souscripteurs ne sont que des personnes morales fortement impliquées sur le lieu. Ceci permet une stabilité et une pérennité plus facile à obtenir qu'avec des particuliers qui viennent et repartent remplacés par d'autres, en évitant par la même occasion les frais de mutation importants habituellement dûs à chaque vente ou achat de parts sociales. Les particuliers interviennent donc comme prêteurs à la SC, avec des avantages en retour. Lorsqu'une personne quitte le projet, il lui est simplement remboursé son prêt, si le délai de blocage est passé ou si la trésorerie de la SC le permet ... Nous avions envisagé trois associations partenaires au sein de la SC :

  • Cap-Heol, à l'origine du projet et dont le rôle aurait été les questions de la santé, la communication et l'organisation d'événements et d'activités sur l'écovillage
  • Eco Villa-Joie de Krenihuel, dont le périmètre de responsabilité aurait été les habitants et les habitats (existants et à construire dans le futur)
  • Terre Nourricière de Krenihuel, devant s'occuper du cycle de l'alimentation, de la semence à l'assiette, en passant par les toilettes sèches ...

Ces deux dernières structures avaient été créées et domiciliées provisoirement à la mairie de la commune.


Activités économiques
 
 Photo_002.jpg

De même que pour la propriété, notre souhait était d'éviter la juxtaposition de structures individuelles, où chacun-e se débrouille avec ses charges, sa gestion, ses revenus. Nous avons donc opté rapidement pour une structure coopérative. Après avoir un temps étudié les Coopératives d'Activités et d'Emploi, nous avons trouvé que la Société Coopérative d'Intérêt Collectif était le statut le plus adapté au projet. Parce qu'il met en avant l'intérêt général et collectif du projet, avec les dimensions d'utilité et d'innovation sociales, parce qu'il nous place dans une démarche de réponses à des besoins du territoire et parce qu'il offre la possibilité future d'y associer des collectivités territoriales afin d'ancrer davantage l'écovillage dans son territoire ... Evidemment, une telle structure fonctionne avec des salarié-e-s - associé-e-s et le coût du salariat peut être une charge trop élevée pour un tel projet. Nous avions pallié cet inconvénient en acceptant, pour les premières années de mise en place, d'être payé-e-s au smic, sur des temps partiels modulables selon les besoins des familles. Le logement et une partie des repas étaient comptabilisés en avantages en nature, ce qui réduisait largement les coûts réels de la vie dans l'écovillage... Nous avions aussi réfléchi à l'articulation entre les activités rémunérées et celles bénévoles (importantes quantitativement dans un tel projet), avec comme solution possible la prise en charge des salarié-e-s agricoles et des cuisines par l'association Terre Nourricière, qui pouvait accueillir bénévolement les personnes salariées de la SCIC ...

Voir le montage juridique

Six pôles d'activités avaient été définis: Hébergement-Restauration végétarienne ; Agro-écologie-Foresterie ; Ecologie-Ecoconstruction ; Santé globale ; Arts, Artisanats et Créativité ; Formation-Insertion (appelé aussi Université Rurale des Transitions).

Une spécificité du projet était d'adopter une approche radicalement différente de ce que l'on appelle généralement le travail, les tâches, les corvées, grâce à une reconnexion aux quatre éléments, telle que présentée dans l'onglet "Les 4 éléments".


Une autre spécificité était que notre projet était très collectif, nous venons de le voir en ce qui concerne la propriété et l'économie, mais la configuration du lieu nous faisait aller encore plus loin, vers un mode de vie semi-communautaire, au moins dans une première phase de quelques années. En effet, comme c'était un ancien centre de vacances, nous proposions aux futur-e-s habitant-e-s une ou des chambres avec salle d'eau et toilettes comme espace individuel ou familial, la cuisine et les autres espaces étant collectifs. Si la cuisine était faite collectivement, rien n'aurait empêché quiconque en avait le besoin d'emmener son repas dans sa chambre ou dans une cabane. Ceci en attendant d'avoir le temps, l'énergie et les fonds pour pouvoir construire, en concertation et collectivement toujours, des petites habitations plus éloignées du centre d'accueil ... D'une contrainte, nous voulions en faire une opportunité pour apprendre à nous connaître et "cimenter" le collectif.

 DSC_2208.JPG

L'association Cap Heol
Activités
L'alternative des écovillages
Actualités
Partenaires
Liens vers des sites amis
Lettres d'infos
Contactez-nous

     Recherchez
     


CAP HEOL éco-village ,Boite 111, 12, rue Colbert, 56100 LORIENT,www.cap-heol.fr,info@cap-heol.fr création www.ouestinternet.fr , Administration Mentions légales
 Site financé avec le soutien du Fonds Social Européen